Publicités

Education en tunisie

Education en tunisie

Publicités

Annonce pour tous les collègues

Cher monsieur, chère madame et mademoiselle:
Sur la page de téléchargement; vous pouvez trouver tous les documents concernant le travail d’un maître dans une école tunisienne.
Vous téléchargez.

L’auteur: Moez Nouni

The Education System

education

ImageSince the country gained independence in 1956, Tunisian education officials have
been working on an education system that responds to the needs of a rapidly
developing country and aspires to be in the vanguard of technological change. In fact,
education ranks number one in the priorities of the country, and more than 20% of the
Tunisian government’s annual budget is directed to education. Education is delivered
both in public and private institutions. It is organised as described below.
Pre-school education
Pre-school is oriented towards children aged three to six. It aims at preparing children
for school, building their capacities for self-expression, stimulating their creativity
and facilitating their integration into their social environment. There are both
municipal and private kindergartens.
Basic Education
Basic education (BE) is compulsory. It is divided into two distinct stages: six years of
primary education (also referred to as first cycle of BE) and three years of preparatory
education (or second cycle of BE). Students are awarded the Diplôme de Fin d’Etudes
de l’Enseignement de Base.

L’Education Primaire en Tunisie.

téléchargement (1)L’enseignement de base consiste en neuf années de scolarité et se divise en deux étapes distinctes : six années d’école primaire et trois années d’enseignement préparatoire (collège). À l’issue de ces neuf ans, les élèves passent l’examen national de fin d’études de l’enseignement de base dont le succès permet d’obtenir le diplôme de fin d’études de l’enseignement ; les écoliers doivent obtenir une note supérieure à 50 % à la fin de des études primaires pour accéder à l’enseignement secondaire, bien qu’il y ait un pourcentage élevé d’élèves qui échouent aux importants examens de fin de d’études primaires. Cependant, en raison d’efforts du gouvernement, le nombre d’écoliers qui doivent redoubler la dernière année d’école primaire décroît : 26 % des élèves devaient redoubler leur dernière année d’école primaire en 19911992 alors que ce nombre est tombé à 18 % en 1999-20004.

Le taux d’abandon de scolarité à l’école primaire est de 6 % ; il a néanmoins diminué de moitié par rapport à 2000 (12 %). Le taux d’alphabétisation dans l’enseignement primaire et secondaire est supérieur à 1, ce qui montre que plus de filles que de garçons sont accueillies dans ces deux niveaux. Le taux d’alphabétisation dans le secteur privé a lentement progressé de 0,7 % en 2000 à 0,9 % en 2003 et 1,4 % en 20073. Le taux d’alphabétisation à l’entrée de l’enseignement secondaire s’établit en 2007 à 113 %, un bond de sept points par rapport à celui de 20063.

École primaire à Hergla

L’école primaire privée gagne du terrain sur l’école publique, notamment grâce à son fort taux de réussite. Contrairement au secteur public, l’école privée dispense aux élèves des cours de français et d’anglais à partir de la première année. Les enfants sont initiés à l’informatique, à la danse et à une panoplie d’activités sportives et culturelles, contribuant ainsi à leur épanouissement et à l’éclosion de leurs potentialités. L’enseignement primaire privé est concentré essentiellement dans la région de Tunis où l’on compte plus de 65 écoles primaires privés qui accueillent un peu moins de 20 000 élèves7. Sur l’ensemble du territoire tunisien, on compte 104 écoles privées pour plus de 25 000 élèves et où enseigne plus de 1 500 instituteurs8.

Au début de l’année scolaire 2007-2008 sont mis en place des collèges pilotes afin d’offrir plus tôt un encadrement aux écoliers doués qui leur permette de poursuivre leur scolarité dans les domaines scientifiques, littéraires et artistiques, avec l’appui d’enseignants compétents et expérimentés6. En 2010, le nombre de collèges pilotes s’élève à quinze dont quatre pour la ville de Tunis et sa banlieue9. Le pourcentage d’élèves admis aux collèges pilotes ne représente que 1,5 % de l’ensemble des élèves admis en deuxième cycle de l’enseignement de base7.

Lycée Ibn Mandhour de Ben Arous

À l’issue de l’examen de fin d’études de l’enseignement de base, les meilleurs élèves peuvent accéder aux lycées pilotes mis en place pour réunir ces élites dans des établissements spécifiques. En 2010, le nombre de lycées pilotes s’élève à douze dont deux pour la ville de Tunis et sa banlieue10.

Avec le succès grandissant des collèges pilotes, quatre nouveaux établissements ouvrent leurs portes en septembre 2010. Ceci permet de porter la capacité d’accueil à presque 3 000 élèves. Le ministère doit ouvrir en 2011 deux nouveaux lycées pilotes à El Menzah VIII et Kasserine ; il envisage aussi de consolider l’infrastucture des lycées pilotes et de porter le nombre de classes disponibles de 81 à 13311.